Profession : supporter

Defeat hangover. Rien ne pouvait mieux décrire mon état ce matin du mercredi 6 mars 2013. Je sais que c’est une plateforme de blogueurs francophones, mais je n’ai pas de traduction convenable.
Manchester United a perdu 2-1 contre le Real Madrid la veille, mardi 5 mars 2013, à Old Trafford. Un résultat qui disqualifie le club anglais, mon équipe, de la Ligue des Champions. Dure soirée.

Pour le match aller, le mercredi 13 février, j’avais pris mon scooter dans la nuit (2 heures de décalage entre Madagascar et l’Europe pendant leur hiver) pour rejoindre Hell-Ville, la capitale de Nosy Be. Je m’étais assis à une table dans le seul bar qui diffusait le match avec un coca comme compagnon. Il y avait une grosse majorité de supporters du Real. C’était le premier match de Manchester United que je pouvais voir en entier depuis le début de la saison 2012/2013 (la faute aux coupures d’électricité fréquentes). C’était, à mon sens, un match correct qui laissait présager un beau spectacle pour le prochain match.

Ce mardi 5 mars, je suis prêt à refaire la route seul pour voir le match retour sur grand écran. Mais mon nouveau directeur, fan et joueur de foot, propose de m’accompagner. Enfin l’occasion de commenter les actions avec un collègue, critiquer les erreurs, en me prenant pour Didier Roustan.
Trois semaines après le 1-1 à Santiago Bernabéu, pas de changement de tendance dans le bar. Même mon compagnon de route a une préférence pour les Madrilènes.

Je retrouve le plaisir de regarder un match avec un autre passionné. Mais j’avais oublié les coups de pression et la douleur (oui !) qu’on subit en tant que supporter.

La première mi-temps est impressionnante. Manchester United joue bien et rapidement. Je me régale. Je savoure la présence de Ryan Giggs sur le terrain. Titulaire pour ce 8e de finale retour, il est en train de disputer le 1000e match de sa carrière. Lui, il sait fêter les grands anniversaires. Il est exemplaire, se démenant comme un jeune mort de faim qui a tout à prouver.
On parle de légende. Pour moi c’est un héros.

Giggs face Ronaldo (source : page Facebook de Manchester United)
Ryan Giggs face à Cristiano Ronaldo (source : page Facebook de Manchester United)

Trois minutes après le retour des vestiaires, je suis le seul debout dans la salle à célébrer l’ouverture du score. Mais je reste bien cloué sur ma chaise quand Nani se fait expulser. Je ne referai pas le match comme Saccomano.
Nous sommes une vingtaine à regarder le match retransmis par BeIn Sport et projeté sur un grand écran. Dans une petite salle à côté, 3 garçons regardent le match sur une autre chaîne qui retransmet avec quelques secondes d’avance. 66e minute, j’entends des cris sortant de cette salle. Je sais qui ils supportent. 6 secondes après, c’est sur le grand écran devant moi que Modric marque son but. Et seulement quelques secondes plus tard, on entend les mêmes cris prophétiques. Cristiano Ronaldo en remet une couche, mais je refuse de croire que c’est le coup de grâce.

Un supporter du Real est assis à ma table. Je ne sais pas si c’est l’intensité du match, mais j’ai l’impression qu’il me nargue. Chaque action des Mancuniens est critiquée. Dès qu’un Madrilène est au sol, il faudrait sortir un carton. Enfin, il m’explique ce que Sir Alex Ferguson « aurait dû » faire. C’est la goutte d’eau.
Maintenant je suis en colère. J’en veux à la Croatie. J’en veux à Cüneyt Cakir. J’en veux au Portugal. J’en veux à ce foutu décalage qui m’a gâché la surprise (même si elle devait être mauvaise).

Après la colère, je suis un peu abasourdi. Je ne comprends plus trop ce qui se passe. Je vois que les Red Devils poussent mais se heurtent à un bon Diego Lopez. Et puis c’est le coup de sifflet final.
Tout le monde se lève et rentre chez soi.

Dans ce fouillis d’images qui reste de cette deuxième mi-temps, j’apprécie la complicité entre les deux entraineurs – quand José Mourinho s’approche de Sir Alex Ferguson pour lui glisser quelques mots en cachant ses lèvres comme un écolier. Commentant cet échange et les propos de Mourinho après le match, certains disent que l’entraineur portugais n’est pas sincère et qu’il pense seulement à sa gueule ; il voudrait revenir en Premier League et il serait sur la liste des probables successeurs de Sir Alex Ferguson. Moi je vois simplement 2 grands hommes qui se respectent.

Sir Alex Ferguson et José Mourinho (source : page Facebook de Manchester United)
Sir Alex Ferguson et José Mourinho (source : page Facebook de Manchester United)

Parfois je m’arrête et je réalise que ma ferveur pour Manchester est un peu délirante. Je ne suis même pas Anglais, je ne suis jamais allé à Manchester et les joueurs de cette équipe ne sauraient probablement pas situer l’île Maurice (ou Nosy Be). Mais je suis comme beaucoup d’autres Mauriciens. Chez nous, la Premier League était le seul championnat étranger qui était diffusé sur nos chaînes locales à un moment où les droits de diffusion étaient abordables pour la Mauritius Broadcasting Corporation. Les matchs de Premier League ont provoqué des discussions animées les lundis matins à l’école.
J’étais devant la télé avec un biberon dans la bouche pour le premier match de Sir Alex Ferguson avec Manchester United. J’ai vu mon papa et mon grand-père hurler de joie quand ils ont gagné le championnat en 1993. J’ai vu un supporter de Liverpool souhaiter que son équipe perde contre Blackburn Rovers lors de la dernière journée du championnat 1995 pour être sûr que Manchester United ne terminerait pas en tête (ah… cette rivalité historique et parfois absurde). J’étais hystérique en 1999 quand Giggs, Sheringham et Solskjær ont renversé un match fou contre le Bayern Munich en finale de la Ligue de Champions. Tout ça forge, forcément, un supporter.
Dans une édition de l’Équipe Magazine « spécial Manchester », le portrait d’un supporter m’avait touché. Sa dévotion pour le club le faisait conclure « rien n’est plus important que Manchester United et Molly, ma chienne. Ma femme le sait ». Je n’en suis pas encore là.

À Nosy Be, après un match ou un spectacle, les gens se lèvent et se dispersent. Pas de débriefing comme on sait si bien le faire, pas d’analyse pompeuse.
Ce fameux mardi 5 mars 2013, je suis comme eux. Pas un mot sur le match sur le chemin du retour. J’ai du mal à réaliser ce qui vient de se passer. J’y croyais tellement. Même après l’expulsion de Nani j’ai osé dire « on va gagner » à mon directeur.

Jamais un match de foot n’avait eu un impact aussi violent sur mon moral.

15 réflexions au sujet de « Profession : supporter »

  1. Aaahh Stef… tu me connais..pas grande fan de foot en general…mais les hurlements des papas, tontons et de leurs copains…les pirouettes..les paquets de pétards et de feux d’artifices tirés aux petites heures du matins (maudit décalage horaire!), et ce, « meme en jour de semaine! » comme se plaingnaient les mamans…je connais…
    J’ai lu et re-lu les divers gémissements de mes copains et cousins sur FBk depuis 2 jours…mais la, avec toi..j’ai vécu ce match et tu m’as arraché une larme…comme toujours…peut-etre suis-je devenue trop émotive…ou peut-etre que tu écris trop bien…
    Je te laisse le soin de deviner!… Either way, well said xx

  2. Stef ,tout est si bien dit!moi qui ne suis pas une passionnée du foot,j’ai été captivée par ton article! Quelle passion entre les lignes, quelle ferveur à travers les mots, quelles émotions à travers les souvenirs ou le vécu de ce fatidique 5 mars pour Manu!!….et que dire des rétrospectives qui révèlent tes connaissances footballistiques…..de quoi faire pâlir quelques chroniqueurs sportifs ….car tout y est ….du fond à la forme!c’est vrai que tes écrits donnent toujours vie à ce que tu racontes!au début j’avais l’impression d’être assise au bar ( avec un COCA) et d’être témoin de tout….c’est ça la magie de l’écriture! Enfin quand elle est bonne!

    Bravo Stef
    Profession’ fidèle supportrice du supporteur!’

  3. j’avais fait le pari avec Mon Nini que Manchester gagnerait… Je ne suis pas aussi déçue que toi, beaucoup moins impliquée, mais pour moi c’est une grande équipe!

    1. Qu’est ce que tu connais au foot toi maman ? 😛
      Les équipes que je supportent : Angleterre : Manchester City , (j’aime que Van.Persie a United)
      Espagne: Barcelone (j’aime qqes joueurs du real mais ma préférence est catalognes)
      France: Montpellier
      Italie: Milan Ac
      Allemagne : Bayern ^^

      1. Nicolas, si Nathalie dit que Man U est « une grande équipe », elle connaît tout du foot 😉
        Du coup, je te dis bravo pour la grosse performance de Barcelone hier soir. Grand Messi, excellent Xavi (comme d’habitude).

  4. Euuuh, je me dois de porter une petite précision. Liverpool n’a pas perdu à Anfield contres les hommes de Kenny Dalglish. Le score était de 2-1, avec un but de Jamie Redknapp à la 90ème minute. Ce championnat, MU l’avait perdu tout seul, comme un grand. Ils en ont gagné des tonnes depuis, on le sait:) Mais il ne faut pas laisser croire que les fans de Liverpool vendraient leur âmes au Diable pour causer la perte d’autres diables, fussent-ils rouges…

    1. Merci beaucoup pour cette précision Fabrice. Désolé pour l’erreur. Mais je peux t’assurer que je me souviens d’un proche, fan de LFC, qui souhaitait réellement que son équipe perde pour être sûr que Man U ne remporte pas le championnat cette année-là. Il serait mieux de dire « j’ai vu des fans de Liverpool souhaitaient que leur équipe perde » – je vais vite corriger ça.
      Je connais bien la loyauté de plusieurs supporters de cette grande équipe, mais malheureusement, je sais aussi que certains préfèreraient vendre leurs âmes au Diable.

      1. To be fair, je t’avouerai qu’à posteriori je ne fus pas forcément mécontent que Liverpool perde contre Chelsea en 2010, avec la fameuse passe en retrait de Gerrard, mais j’aurais quand même préféré une victoire pour l’honneur et une défaite de MU de l’autre côté. C’est vrai que parfois on en arrive à vouloir se faire hara-kiri pour une cause juste et noble 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *