À la découverte de l’inouï

Hannes & Ben

On prend souvent Ben et Hannes pour des frères. Ils sont tous les 2 Allemands, mais physiquement, ils n’ont en commun qu’une énorme barbe qui masque pourtant la moitié de leur visage. Avec la casquette de marin, ils ont l’allure stéréotypée du vieux capitaine de bateau représenté dans les fictions. Après 18 mois à naviguer, on prend forcément le look du Capitaine Nemo.
Sous la casquette, on découvre une coupe de cheveux electro-punk. Parce qu’en fait, ils sont musiciens avant d’être marins (pour rester dans les stéréotypes).

Profitant d’une escale à Madagascar, Ben et Hannes ont participé à la Grande Régate de Nosy Be dont ils avaient eu vent en discutant avec un des 3 seuls germanophones de l’île. « C’est la première fois qu’on participe à une course, précisait Hannes. C’est pour s’amuser. Le reste du temps on navigue pour faire de la musique ».
Ben et Hannes sont en « expédition musicale » depuis un an et demi. À bord de leur voilier, ils vont s’arrêter dans une quarantaine de pays pour réaliser le projet Sailing Conductors. « On arrive dans un pays et on enregistre un groupe. À la prochaine escale, on va rencontrer un autre groupe qui écoute le précédent enregistrement et qui jouera par-dessus. À la fin de notre voyage, on va assembler le tout pour en faire une œuvre conçue par des musiciens – éparpillés aux quatre coins du globe – qui jouent ensemble sans s’être jamais rencontrés ».

L’aventure commence lorsque Ben projette de rentrer à Berlin par la mer, en passant par le Canal de Suez à la fin de ses études d’ingénieur du son en Australie. Hannes qui a suivi la même formation en Allemagne le rejoint et ils cherchent un bateau d’occasion pour leur périple. À cause des attaques des pirates au large de la Somalie, ils préfèrent rejoindre l’Atlantique en passant par le Cap de Bonne Espérance. Ils décident alors de profiter de ce voyage pour créer une expérience artistique.
Ce qui devait être une simple traversée devient alors un parcours musical ambitieux, s’inspirant de Music For Change et Lux Aurumque. Alors que ces deux projets sont faits de reprises, Sailing Conductors se démarque en enregistrant des musiciens qui jouent des improvisations et leurs compositions originales.

C’est dans les îles Salomon qu’ils ont finalement trouvé leur bateau : Marianne. « C’était une occasion sur Internet. On a décidé d’acheter le bateau sans le voir parce que c’était le moins cher ».
Avec sa grande voile rouge et son nom écrit à l’arrache, ce monocoque de 9m90 est à l’image de ses occupants : une allure classique avec un côté rock n’ roll.

Marianne pendant la Grande Régate de Nosy Be

À Nosy Be, Ben et Hannes sont allés à la rencontre de 4 musiciens du bar Le Taxi-Be. Patrick, le bassiste et les trois choristes ont contribué à l’élaboration de Sailing Conductors. Ils ont aussi joué avec des musiciens rencontrés sur la plage. Notamment Livingstone (qui fera l’objet d’un prochain billet) et Solo Vahia, les deux animateurs emblématiques d’Ambatoloaka.

Enregistrement de Solo Vahia à Nosy Be

Avant de s’arrêter dans l’île aux parfums, Capitaine Ben et son matelot Hannes ont navigué environ 5 000 km depuis le Sri Lanka. Ils s’étaient déjà arrêtés en Australie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Indonésie, Thaïlande, Vietnam, Malaisie, Inde.

Ben et Hannes financent leur projet grâce au soutien de différents partenaires et par la publication de leurs récits de voyage dans un journal local d’Allemagne.

Partie de Nosy Be le jeudi 20 septembre, Marianne se dirige en ce moment vers le Mozambique. Ben et Hannes y rencontreront Lysiane de l’Institut français de Maputo qui les guidera vers des artistes de la capitale mozambicaine.

Rendez-vous dans 6 mois pour découvrir le résultat final de cette expédition musicale. En attendant, voici une vidéo tournée à Nosy Be.

Partagez

Auteur·e

fanuet

Commentaires

Polskols
Répondre

Beau projet! Vivement la suite. Bacalao

Jean-Marc Rolland / 侯壮马 / 1975jmr
Répondre

Pourquoi le pseudo Fanuet ?
J'aime bien l'idée de regrouper des morceaux de musiciens qui ne se sont jamais rencontrés pour compiler une musique globale. Il y 'a déjà eu le même concept avec "stand by me" avec des musiciens de rue à différents endroits, compilés dans la même vidéo... Hâte de voir le résultat.

Stéphane Huët
Répondre

Oui, « Stand by me » fait partie du projet Music For Change dont je parle dans le billet.

Roseline Huet
Répondre

Belle initiative.j'attends la suite avec impatience

Clothilde Huet
Répondre

Parcours passionnant! vivement la suite! Cant't wait

Rano
Répondre

Ça c'est du projet artistique! Bonne voile à eux deux, et bonne route à ton blog! Salut l'ami!