Maintenant ou jamais

Un mois et demi que je ne suis pas venu ici. C’est long. J’avais pourtant débuté à un bon rythme. Environ 2 billets par mois pour essayer de raconter Nosy Be différemment. C’est-à-dire en excluant d’évoquer les plages de sable fin et le tourisme sexuel. Un mois et demi. Et il me reste autant de temps à vivre à Madagascar. C’est court.

Aéroport de Nosy Be, Madagascar
Aéroport de Nosy Be : 2 ans d’arrêt

Trop d’inspiration tue l’inspiration
Il y a eu les vacances avec les amis de passage. Le travail qui a enchaîné tout de suite. Le retard à rattraper. Les informations à transmettre à celui qui va reprendre mon poste. Et mes missions de bénévole consciencieux (et d’époux dévoué) pour l’Alliance française.
Je reconnais que je me suis caché derrière la panne de Mondoblog pour disculper mon manque de productivité.
J’avais pourtant des choses à dire aussi : le mouvement « Say No To Coal » à l’île Maurice, le dernier trajet en taxi-brousse, la rencontre d’un guide touristique déluré, les hypothétiques élections de Madagascar. En même temps, il y avait et il y a encore l’envie de tout expérimenter durant mes derniers jours à Nosy Be par besoin de raconter, faire sentir.
Je n’ai pas pris le temps de mettre mes idées en place pour écrire.

L’appréhension de l’imperfection
Le 21 septembre 2012 j’ai reçu un courriel de RFI Mondoblog. Objet : « Concours Mondoblog ». Je savais que j’allais apprendre si je figurais parmi les 150 nouveaux sélectionnés de la communauté Mondoblog. J’ai pris le temps de lire le message jusqu’à la fin. Je me suis levé tranquillement et j’ai hurlé avec les bras en V. Cette nouvelle avait rendu insignifiante la naissance du fils de ma cousine le même jour. Pardon Sarah.
Ça faisait des années que je me retenais de commencer un blog. J’avais toujours douté. Aurais-je des choses intéressantes à partager ? Saurais-je les raconter de façon agréable ?
Depuis que j’ai été sélectionné par l’équipe de Ziad Maalouf et Simon Decreuze (wow, je n’en reviens toujours pas !), je considère que j’ai une toute petite légitimité pour écrire. Mais je me suis mis la pression. Je me suis dit qu’il fallait être à la hauteur de cette chance. Je l’avoue, j’avais même eu l’ambition d’être parmi les « 30 meilleurs Mondoblogueurs sélectionnés par le jury » qui assisteront à « une semaine de formation à Dakar, Tunis ou Abidjan ».
Résultat : j’écris peu parce que je doute (encore).

Il y a 2 jours, ma femme m’a sorti une phrase qu’elle avait trouvée sur Facebook : « à force d’attendre que tout soit parfait pour commencer quelque chose, on ne fait rien ». J’imagine bien cette phrase écrite sur une vieille photo d’une goutte d’eau en filigrane. C’est banal, mais ça me parle.

Travail et satisfaction
Quand j’ai lu le sujet sur Max Bale, je me suis dit « c’est ça la vie ! » Voyager, rencontrer du monde et faire de la radio.

Hier, notre nouveau directeur nous a fait un grand discours en début réunion. Il a cité Steve Jobs, a évoqué l’importance du travail bien fait et le plaisir qu’on doit en tirer. « Si vous n’avez pas de satisfaction dans votre travail, il ne faut pas y rester », a-t-il conclu. Je suis tellement d’accord avec lui que, finalement, je trouve qu’un mois et demi ce n’est pas si court.
Qu’il se rassure, je ne déteste pas mon travail et je continuerai de le faire sérieusement jusqu’à la fin de mon contrat. Mais je rêve de choses plus vibrantes. Et je sais que je peux me donner les moyens d’y arriver.

La satisfaction, c’est de pouvoir écrire, monter des sons pour partager des instants inédits. Se faire plaisir tout en respectant les lecteurs. Et de savoir que ma maman et ma femme sont mes plus grandes fans.

Partagez

Auteur·e

fanuet

Commentaires

Roseline Huet
Répondre

Après deux mois et demi de silence, contente de te lire car tu as encore beaucoup à partager !continue à écrire pour ta satisfaction personnelle et aussi et surtout pour tes deux plus grands fans!!

Roseline Huet
Répondre

Sorry , après un mois et demi.......

medsnib
Répondre

J'ai lu, il y a quelques (!!!) mois, ton billet "Ivato : aéropause". J'étais subjugué par le style qui m'a replongé dans celui des nouvelles d'Edgar Allan Poe ou de Guy de Maupassant. Je te le dis, Stéphane, tu ne manquais pas d'arguments pour figurer dans la short liste des 30 Mondoblogueurs qui seront invités à la session de formation de Dakar, Tunis ou Abidjan. Maintenant tout est question de "perspectives". Merci pour ce "Maintenant ou jamais" qui est de la même verve que "Ivato : aéropause": beau style, belles histoires.

Stéphane Huët
Répondre

Merci Sneiba ! ça fait plaisir. Edgar Allan Poe et Maupassant, carrément !? J'avoue que je ne connais que leurs (grands) noms, mais je vais emprunter quelques-uns de leurs livres pour combler cette lacune. Merci encore.

Ophélie
Répondre

Donnez-moi du S ! Donnez-moi du T ! Donnez-moi du E ! Donnez-moi du P ! Donnez-moi du H ! Stéééééphaaaane
Ta plus grande fan...

David
Répondre

WOW! je suis si impressionne devant ton talent, ta perseverance et ton experience. Quelle reussite..!!!Tu me donnes une autre raison d'etre fiere de toi et pour cela je te dis BRAVO!! je t'en prie, ne t'arretes pas en si bon chemin et continues a nous faire voyager!!
ton frere..

Nadia
Répondre

Welcome back!
Well done...avec tes mots qui nous font rire, sourire et nous emportent sur d'autres rivages, tu es et demeures une inspiration..
To koné toi..... ;) x

Danielle Ibohn
Répondre

Je l'ai decouvert par hasard ton blog. Je ne sais pourquoi tu doutes, mais un sage de chez moi, m'a dit un jour c'est le doute qui de l'homme, un Grand Homme ;-)

Stéphane Huët
Répondre

Merci pour l'encouragement ! :)

Sit
Répondre

Bonjour,

Je trouve ton blog passionnant et rafraîchissant alors bonne continuation!
En fait, si je te contacte c’est surtout parce que je suis à la recherche de blogueurs dans le cadre d’un projet culturel - le Carnaval de Madagascar ( https://carnaval-madagascar.com/ ou sur notre page Facebook) - qui se déroulera à Antananarivo au mois de juin prochain.
Cela t'intéresserait-il de collaborer avec nous et de diffuser l’information sur ton blog?

Dans l’attente d’une réponse positive de ta part.

Sitraka